Notre histoire

10 ans de soutien à la création numérique

Siana a été créé en 2005, au sein de l’Institut National des Télécom (INT), à l’initiative d’enseignants chercheurs qui souhaitaient que les élèves ingénieurs ou managers en TIC se confrontent aux processus de création des artistes numériques. La municipalité d’Évry et le Conseil Général de l’Essonne soutiennent cette initiative qui mobilise un groupe de professeurs passionnés d’art, mais peu expérimentés dans l’accueil artistique.

En 2007, grâce à l’implication du Théâtre de l’Agora, Scène Nationale d’Évry et de l’Essonne, les modalités de travail et de reconnaissance mutuelle entre artistes, ingénieurs et managers ont abouti à un Festival reconnu et atypique ; il construit sa notoriété davantage par ses collaborations inédites et son expérimentation de nouvelles relations avec les publics que par une programmation prestigieuse, bien que des productions de renommée internationale ait été créées à Évry.

En 2009, Nicolas Rosette, chargé de mission Arts Numériques de la Scène Nationale et directeur artistique de Siana impulse une programmation permanente et un accompagnement d’artistes numériques dans la durée.
La Galerie Arts Numériques du Théâtre de l’Agora présente des artistes et des œuvres qui explorent de nouvelles esthétiques et d’autres rapports au public. Tantôt vitrine attirant les passants, tantôt laboratoire scénographique des artistes en résidence, la galerie est devenue une sorte d’incubateur d’art et d’innovation culturelle. Elle a accueilli le travail de Laurent Pernot, Bertrand Planes, Olivier Ratsi, Joanie Lemercier et bien d’autres…
Le Théâtre de l’Agora est notamment la première scène nationale à produire des expositions de jeux vidéo (Arcade ! en 2010, Lignes de jeux en 2012 notamment) et inviter des game designers en résidence d’artiste (le collectif One Life Remains en 2012). Questionner le rapport aux nouveaux espaces numériques et faire le lien avec le spectacle vivant, la présence des corps « au plateau » et la scénographie, est l’objectif de cette galerie arts numériques.

Par ailleurs, la Biennale connait un fort succès. L’exposition sera diffusée en Chine et au Brésil, et le colloque verra la publication de ses actes.

En 2011, l’installation dans les locaux de l’ENSIIE, en centre ville et à proximité du Théâtre de l’Agora, permet de franchir une étape décisive par la création d’un premier emploi partagé avec Préfigurations, une association locale d’Éducation Populaire ; Siana initie des rendez-vous intermédiaires qui permettent de co-construire des animations thématiques avec des associations étudiantes ou d’éducation populaire (Petits Débrouillards, Linux, Vidéon…) et des communautés numériques.

En 2012, Siana et ses partenaires définissent trois axes fédérateurs pour une démarche commune :

  • L’incubateur d’art et d’innovation culturelle, porté par la Galerie de la Scène Nationale
  • Imaginaire/technologies/société, Séminaires de sciences sociales sur le numérique (INT)
  • L’Université populaire du numérique, par la valorisation des pratiques au sein des communautés numériques (éducation populaire)

L’ENSIIE présente son projet de CRI (Centre de Recherche et d’Innovation) labellisé Cap Digital, qui regroupe trois fonctions : l’enseignement supérieur, la recherche et l’incubation d’entreprises autour de deux axes, le jeu vidéo et l’urbanisme collaboratif ; Siana est associée au projet pour élaborer un pôle de création artistique et de vie culturelle en son sein..
Siana créé un poste de chargé de production en Emploi Tremplin et accueille régulièrement en stage des étudiants en master de médiation culturelle à l’université d’Évry.

En 2013, la Biennale suscite un grand engouement et impulse de nombreux rendez-vous autour d’une exposition de deux mois, notamment entre les artistes, les professeurs et les étudiants. Nous choisissons alors de construire des rendez-vous réguliers entre deux Biennales, les Parenthèses, qui sont destinées à ponctuer le travail de création et à favoriser les échanges et la confrontation entre chaque démarche artistique.

En novembre 2013 se déroule Prototypes, la première Parenthèse inter-siana ; à cette occasion nous embauchons un régisseur technique afin de poursuivre la constitution d’une équipe professionnelle cohérente pour accompagner la création artistique numérique de façon autonome au sein de l’ENSIIE.

En 2014, Siana est conventionnée par le Conseil Départemental en tant qu’Opérateur Structurant pour les cultures numériques en Essonne, et obtient le label de Fabrique de Culture du Conseil Régional.

Nous avons ainsi commencé à travailler avec les équipes artistiques accompagnées par la Fabrique, notamment au travers de deux manifestations : le premier Salon du Blog en Ile de France, en avril, et la deuxième Parenthèse inter-Siana, Technocité, en juin, autour de la ville connectée et intelligente.

En tant que centre de ressources, nous avons pu accompagner différents opérateur autour de projets numériques : évènements de découverte des cultures numériques, développement de projets arts-sciences, actions d’e-inclusion, projet d’outil de valorisation numérique du territoire, par exemple.
En vertu de ce déploiement d’activités, nous avons demandé, et obtenu, l’agrément pour deux postes en service civique sur la période 2015-2017.

Néanmoins, à chaque réflexion sur nos objectifs, et à chaque inflexion de notre projet, la place centrale de l’artiste est réaffirmée comme garante d’un regard nécessaire sur notre monde.


Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInPrint this pageEmail this to someone