Spectacles

Lundi 23 Mars – * Nabazmob * – Théâtre de l’Agora – 19H
Opéra pour 100 lapins communicants
Musiques et nouvelles technologies. Antoine Schmitt et Jean-Jacques Birgé

Cent lapins Nabaztag interprètent un opéra composé par Antoine Schmitt et Jean-Jacques Birgé. Cette partition musicale et chorégraphique en trois mou- vements, transmise par WiFi, joue sur la tension entre communion de l’en- semble et comportement individuel, pour créer une œuvre forte, engagée et ludique. Comment s’organiser, décider, contrôler ?

Antoine Schmitt, designer comportemental, et Jean-Jacques Birgé, designer sonore, ont choisi de pervertir l’objet industriel Nabaztag pour faire œuvre. Chorégraphie d’oreilles, jeux de lumière et haut-parleurs des lapins forment une écriture à trois voix sur le décalage temporel et la répétition, la program- mation et l’indiscipline.

Plasticien du mouvement, Antoine Schmitt développe un langage plastique autour de la création de formes semi-autonomes sensibles, interactives ou génératives. Il interroge dans ses installations des thèmes tels que l’humain et sa condition d’être ou la réalité et sa consistance. [www.gratin.org/as]

Compositeur, réalisateur de films, auteur multimédia, designer sonore, Jean- Jacques Birgé envisage la musique dans sa confrontation aux autres formes artis- tiques. Il cosigne régulièrement avec Nicolas Clauss, Frédéric Durieu, Michel Houellebecq… [www.drame.org]

Avec le soutien de Violet, sur une initiative de Guylaine Monnier (Web Flash Festival). [www.nabazmob.com]

Mercredi 25 Mars – * Effet papillon *- Théâtre de l’Agora – 20H
Danse et nouvelles technologies
Cie Contour Progressif (Mylène Benoit)

Effet Papillon convoque les codes du jeu vidéo pour interroger les représen- tations du corps dans les univers de réalité virtuelle. Dans une matière-mou- vement qui paraît plus pétrie de pixels que de chair, Effet Papillon met à l’épreuve l’image d’un corps idéal, médiatisé, modélisé, évoluant sans risque ni responsabilité dans un univers devenu éminemment fiable, jusque dans ses pires dangers…

Artiste plasticienne, vidéaste et chorégraphe formée à Londres et à Paris 8, diplô- mée du Fresnoy, studio national des arts contemporains, Mylène Benoit crée la compagnie Contour Progressif en 2003. Les créations de la compagnie exami- nent la façon dont les technologies et les média façonnent la réalité du corps humain. Le corps est aujourd’hui la somme des images qui y sont projetées et qui « l’impressionnent ». Le travail de la compagnie engage la responsabilité de la danse dans l’analyse des nouvelles définitions – ou in-définitions – de ce corps médiatisé. [http://mylene.benoit.free.fr]

Conception, direction artistique, chorégraphie : Mylène Benoit • Recherche chorégraphique et interprétation : Barbara Caillieu, Laure Myers, Magali Robert • Assistante : Annie Leuridan • Scénographie : Xavier Boyaud • Création lumière : Annie Leuridan • Composition sonore, programmation : Laurent Ostiz • Programmation temps réel, capteurs : Cyrille Henry • Développement électronique : Interface-Z, Cyrille Henry • Costumes : Carole Martinière • Construction : Alain Lebéon, Thomas Ramon, Frédérique Bertrand • Administration : Angeline Barth

PARTENAIRES : [ars]numérica • Atelier d’Art 3000, Le Cube, Issy-les-Moulineaux • Le manège.mons/maison folie • Le manège.mons/cecn • Le Vivat – Armentières • Les Fous à réaction [associés] • Didascalie.net • DRAC Nord-Pas-de- Calais • ADAMI • Fondation Beaumarchais • Ministère de la Culture et de la Communication (DICREAM) • Conseil Régional Nord-Pas-de-calais • Le manège.maubeuge • Projet lauréat des Bains numériques # 1 du Centre des Arts d’Enghien.

Vendredi 27 et Samedi 28 Mars – * A la veille de ne partir jamais * – 20H30 et 20H
Na vespera de nao partir nunca
Danse – Musique – Vidéo. Serge Adam et Flavia Tapias.

« À travers les influx électriques qui parcourent le corps, les vibrations les plus infimes qui donnent naissance au mouvement, partir à la recherche d’une connexion, explorer les possibilités de toucher ou d’être touché, provoquer une rencontre qui peut produire affinités, conflits ou répulsion. Laisser les sons et les images œuvrer en temps réel, se lier aux impulsions du corps ou s’en dissocier, comme autant d’univers où l’interaction se construit, s’affine et évo- lueformantunkaléidoscopeenperpétuellemutation.» D’aprèsuntexteSergeAdam

Après une formation en trompette, analyse musicale et écriture aux Conservatoires de Caen et de Versailles, et d’improvisation à l’IACP avec Alan Silva et Itaru Oki, Serge Adam mène une double activité de compositeur et de trompettiste improvisateur. Musicien prolixe, il est notament co-fondateur du collectif Polysons, du trio les Amants de Juliette, ou encore du trio Hradcany (avec Philippe Botta et David Venictucci). Il est actuellement en résidence de recherche au Théâtre de l’Agora autour des performan- ces interactives, intégrant de l’improvisation, de l’écriture et de la technologie (élec- tronique, vidéo). [www.quoideneufdocteur.fr]

Production : Quoi de neuf docteur • Cette nouvelle création réalisée pour Siana 2009 est coproduite par Siana et le Théâtre de l’Agora, Scène nationale d’Évry et de l’Essonne